Pages

Les Virus des Plantes - maladies virales des plantes

Les Virus des Plantes

Propriétés générales des phytovirus

Maladies vitales

phytovirus comme outils

lutte anti-virale



Quelques maladies virales des plantes


Les maladies de la Sharka ou la variole des arbres fruitiers ( prunier, pêcher et abricotier) due au virus de la Sharka ( variole en Bulgare) ou Plum Pox virus.

Cette maladie est apparu en bulgarie en 1915 puis s'est propagée dans tout le bassin méditerranéen pour arriver en France en 1970.
Elle a ravagé en 15 ans tous les vergers méditerranéens et détruit plus de 50 millions d'arbres.
maladie sharka


La maladie de la Triteza des agrumes qui a touché plus de 25 millions d'arbres au Brésil. et 3 millions en Californie ; l'agent responsable est le virus de la Triteza du citronnier.

tristeza

Le gonflement de la tige du cacoyer est une maladie qui a nécessité l'arrachage de 200 millions de cacaoyers infectés en Afrique de l'Ouest , dans les années 80.

maladie des cacaoyers


La Rhizomanie ( démence racinaire) de la betterave sucrière se manifeste par une prolifération des radicelles et par une réduction de la taille du pivot et de la teneur en sucres de 10 à 20%. La perte du rendement d'extraction du saccharose peut atteindre jusqu'à 70% si l'infection est sévère rendant les betteraves peu exploitables.
Rhizomanie maladie de la betterave

Les maladies du riz dues aussi à des virus différents sont fréquentes en Afrique comme en Asie avec comme conséquences des préjudices économiques et agronomiques importants.

maladie du riz en Asie

Les maladies de la pomme de terre qui sont dues à de nombreux virus comme le virus Y de la pomme de terre ou le virus de l'enroulement des feuilles de la pomme de terre. qui peuvent entraîner des baisses de rendement allant jusqu'à 100%.
maladie de la pomme de terre

Certains maladies de la vigne sont dues à des virus transmis par nématodes; la maladie du court-noué est une des plus fréquentes. Ces maladies occasionnent des pertes relativement importantes dans le vignoble français.
maladie de la vigne


Maladies biotiques


Maladie bactérienne

maladie bactérienne

Symptômes foliaires chez le haricot dus à Pseudomonas syringes

Phanérogame parasite


phanérogame parasite

Hampes florales d'orobanche dans un champ féverole.

Maladie due à un flagellé

maladie heart rot due à une phytomonas 

La maladie du Heart Rot sur palmier due à une Phytomonas staneli.

Maladie fongique



Phytophthora infectants, le mildiou ou la pomme de terre...ect

maladie fongique (phytophthora )



La transmissions des virus :


La transmission par les nématodes :


La prise alimentaire se fait sur plusieurs couches de cellules, le nématode ingérant le cytosol des cellules: une opération durant à chaque fois plusieurs minutes.
Le virus est retenu au niveau du canal alimentaire pendant plusieurs semaines voire quelques années si les nématodes sont dans un sol dépourvu du végétaux.
relargage du virus au cours de la salivation accompagnent la phase initiale de la prise alimentaire.
Le virus est perdu lors de la mue

Transmission des Nepovirus : CP
Transmission des Tobravirus : CP + autres protéines extra capsidiale

Deux genres de virus sont transmis par les nématodes du sol

Nepovirus ( virus sphériques ) transmis par les nématodes des genres Longidorus et Xiphinema de la famille des Longidorae ( 2 à 12 mm).


Tobravirus, des virus ( bâtonnet) transmis par les nématodes des genres Trichodorus et Paratrichodorus de la famille des Trichodorae ( 0,5 à 1,5 mm).


Une espèce de nématode n'est vectrice que pour un nombre limité de virus et un même virus est transmis avec une efficacité variable suivant l'origine géographique du nématode.

Transmission par thrips


Perforation des tissus végétaux avec les stylets

Injection de salive : Lyse les cellules

aspiration du lysat cellulaire.

 FRANKLINIELLA OCCIDENTALIS
frankliniellae

Le seul groupe connu de virus transmis par les thrips est le genre Tospovirus : famille des Bunyaviridae.

La transmission des Tospovirus est circulaire en propagative.
interaction glycoprotéines de surface avec récepteur cellules épithéliales de l'intestin.
Fusion entre l'enveloppe virale et la membrane cellulaire
Libération de la nucléocapside


Multiplication de virus




virus gagne d'autres organes dont la glande salivaires.

Transmission par acariens


Les acariens phytophages vecteurs de virus appartiennent au groupe des Eriophyidae et Tetranychidae

virus tetranychidae

Arthropodes à gammes de plantes hôtes très restreinte = spécificité de vection des phytovirus est stricte.

Genre Rymovirus de la famille des Potyviridae.

Transmission circulaire et propagative


POTYVIRIDAE


perforation de la paroi des cellules végétales
prélèvement du contenu cellulaire
persiste après la mue
transmis à tous les stades de développement de l'insecte.

Transmission des virus par les champignons


 PLASMODIOPHOROMYCETES
plasmodiophoromycetes
 CHYTRIDOMYCETES





parasites intracellulaires obligatoires survivant dans le sol par production de cystosores ( forme de résistance) et de zoospores ( forme de dissémination )

Les champignons des genres Polymyxa et Spongospora


polymyxa

spongospora


Transmission des virus à symétrie hélicoîdale des genres Benyvirus, Furovirus et Bymovirus.

Ces virus colonisent le cytoplasme des zoospores et des cystosores ( mécanismes de l'internalisation du virus).

Mécanisme transmission mal connu


Identification d'un déterminant du BNYVV impliqué dans se transmission par Polymxa betae : motif KTER localisé dans le domaine C-terminal d'une protéine mineure de la capside.

Zoospores migrent vers les radicelles au contact desquelles, elles germent puis pénètrent dans les cellules racinaires et y libérent les virus.

Virus suivent le cycle fongique de la formation de la spore jusqu'à l'infection de l'hôte végétal par le champignon.

transmission par les coléptères


Insectes vecteurs de la famille des Chrysomelidae ordre des Coleopters. Ils mâchent les tissus végétaux en broyant les cellules puis les absorbent.

Les coléoptères ne possèdent pas de structures semblables aux glandes salivaires des homoptères.
=  ils lubrifient leurs pièces buccales par régurgitation d'un fluide lors d'un repas.

Transmission des virus des genres Tymovirus, comovirus , Bromovirus et Sabemovirus

- Virus isométriques, très stables et transmissibles mécaniquement

tymovirus

la durée d'acquisition du virus et de transmission est très brève : une seule morsure peut suffire.

Circulation du virus dans l'insecte ?


caractère obligatoire du passage du virus dans l'hémolymphe pas encore établi de manière certaine.
présence du virus dans l'hémolymphe dépend du couple virus-insecte.
Si passage de l'intestin à l'hémolymphe : quelques secondes minutes.